Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

lundi 16 décembre 2013

World Malaria Report 2013

The World Malaria Report 2013 summarizes information received from 102 countries that had on-going malaria transmission during the 2000-2012 period, and other sources, and updates the analyses presented in 2012.

It contains revised estimates of the number of malaria cases and deaths, which integrate new and updated under-5 mortality estimates produced by the United Nations Inter-agency Group for Child Mortality Estimation, as well as new data from the Child Health Epidemiology Reference Group. Besides, it highlights the progress made towards global malaria targets set for 2015, and describes current challenges for global malaria control and elimination.

Some important achievements
Global efforts to control and eliminate malaria have saved an estimated 3.3 million lives since 2000, reducing malaria mortality rates by 45% globally and by 49% in Africa, according to the "World malaria report 2013" published by WHO.


An expansion of prevention and control measures has been mirrored by a consistent decline in malaria deaths and illness, despite an increase in the global population at risk of malaria between 2000 and 2012. Increased political commitment and expanded funding have helped to reduce incidence of malaria by 29% globally, and by 31% in Africa.

The large majority of the 3.3 million lives saved between 2000 and 2012 were in the 10 countries with the highest malaria burden, and among children aged less than 5 years – the group most affected by the disease. Over the same period, malaria mortality rates in children in Africa were reduced by an estimated 54%.

But more needs to be done.

The report shows that despite the progress in the last 12 years, the absolute numbers of malaria cases are nt going down as fast as envisioned and the number of deaths due to this malaria remains still one of the greatest tragedies of the 21st century.
In 2012, there were an estimated 207 million cases of malaria (uncertainty interval: 135 – 287 million), which caused approximately 627 000 malaria deaths (uncertainty interval 473 000 – 789 000). An estimated 3.4 billion people continue to be at risk of malaria, mostly in Africa and south-east Asia. Around 80% of malaria cases occur in Africa.


For an universal access to prevention and treatment
Malaria prevention suffered a setback after its strong build-up between 2005 and 2010. The new WHO report notes a slowdown in the expansion of interventions to control mosquitoes for the second successive year, particularly in providing access to insecticide-treated bed nets. This has been primarily due to lack of funds to procure bed nets in countries that have ongoing malaria transmission.

In sub-Saharan Africa, the proportion of the population with access to an insecticide-treated bed net remained well under 50% in 2013. Only 70 million new bed nets were delivered to malaria-endemic countries in 2012, below the 150 million minimum needed every year to ensure everyone at risk is protected. However, in 2013, about 136 million nets were delivered, and the pipeline for 2014 looks even stronger (approximately 200 million), suggesting that there is real chance for a turnaround.

There was no such setback for malaria diagnostic testing, which has continued to expand in recent years. Between 2010 and 2012, the proportion of people with suspected malaria who received a diagnostic test in the public sector increased from 44% to 64% globally.
Access to WHO-recommended artemisinin-based combination therapies (ACTs) has also increased, with the number of treatment courses delivered to countries rising from 76 million in 2006 to 331 million in 2012.

Despite this progress, millions of people continue to lack access to diagnosis and quality-assured treatment, particularly in countries with weak health systems. The roll-out of preventive therapies – recommended for infants, children under 5 and pregnant women – has also been slow in recent years.

Bridging the funding gap to sustain the progress
International funding for malaria control increased from less than US$ 100 million in 2000 to almost US$ 2 billion in 2012. Domestic funding stood at around US$ 0.5 billion in the same year, bringing the total international and domestic funding committed to malaria control to US$ 2.5 billion in 2012 – less than half the US$ 5.1 billion needed each year to achieve universal access to interventions.

Without adequate and predictable funding, the progress against malaria may be foiled by emerging parasite resistance to artemisinin, the core component of ACTs, and mosquito resistance to insecticides.

Although significative, the gains against malaria remains fragile and in the coming years, the world will need innovative technologies combined with strategic approaches to contain it.


lundi 9 décembre 2013

Development Co-operation Report 2013: Ending Poverty

This article by Ousmane Aly DIALLO, is part of Wikiprogress Series on the Post 2015. It highlights the main points of the recent Development Cooperation Report 2013.

The Development Co-operation Report (DCR) is the key annual reference document for analysis and statistics on trends in international development co-operation. This year, the DCR explores what needs to be done to achieve rapid and sustainable progress in the global fight to end poverty. 

The Millennium Development Goals (MDGs) galvanized political support for poverty reduction. The world has probably already met the MDG target of halving the share of the population living in extreme poverty (USD 1.25 per day). Yet progress towards the MDGs across countries, localities, population groups and gender has been uneven, reflecting a fundamental weakness in current approaches. As the United Nations and its partners shape a new global framework to take the place of the MDGs in 2015 , they face the urgent challenge of ending poverty once and for all. As this Development Co-operation Report (DCR) makes clear, this will take more than business as usual.

New goals for ending poverty
To recapture the Millennium Declaration’s vision, the new international development agenda must reflect principles of solidarity, equality, dignity and respect for nature. Its goals must effectively guide core aspirations, targets must be easy to monitor, and must include strategies for economic and social transformation. The report made numerous proposals for developing these elements, including:

Move from poverty to inclusive well-being
Create a new headline indicator to measure progress towards eradicating all forms of poverty, which could complement the current income-poverty indicator
Include targets and indicators to track whether people are becoming newly poor.
Include a goal of reducing income inequality, or a set of indicators of inequality across the various goals.
Take a twin-track approach to gender: a goal for gender equality and women’s empowerment coupled with a way of revealing gender gaps in all other goals and targets

Combine national and global goals and responsibilities
Base a new global goal of reducing income poverty on national poverty measures that are internationally co-ordinated and consistent.
Make the new agenda applicable to all countries, but with responsibilities that vary accordingto a country’s starting point, capabilities and resources.
Set targets nationally but within global minimum standards.

Improve data for tracking progress
Adopt a specic goal, target and indicator to increase the availability and quality of data fortracking progress towards these new goals, and invest in national statistical capacity

The report stresses the ambition and the credibility of this goal (ending poverty once for all) and as well as the importance of sound political leadership to achieve it. In Africa, during the last 13 years, the leadership of the late Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi and his 
 focus on development results, food security and poverty reduction have been exemplary. The reports highlights also the successes of Ghanaian presidents hailing from different political parties, but who have coincided in championing poverty reduction and food security for the poorest. This has enabled Ghana to implement a successful development strategy focused on building the private sector, developing human resources and implementing good governance. Furthermore

Balancing Poverty and Environmental Sustainability

While it is not always easy to balance poverty reduction with environmental sustainability, important progress is being made. Over the past decade, for instance, Brazil has greatly reduced extreme poverty and inequality while at the same time cutting deforestation by 80%. Ethiopia aims to become a middle-income country without increasing its greenhouse gas emissions and has developed the innovative Climate- Resilient Green Economy strategy to guide it in doing so.

The role of the Global Partnership for Effective Development Co-operation

The Global Partnership for Effective Development Co-operation is just what is needed. This unique coalition of governments, civil society, the private sector and international institutions was launched at the Fourth High-Level Forum on Aid Effectiveness in Busan in 2011. Its aim is to catalyse and co-ordinate global efforts and resources for more effective development. The Global Partnership will play a key role in helping development actors work together, discuss the pros and cons of diverse policies and instruments, share good practice, foster collaboration and promote concrete action – crucial pre-conditions for successfully implementing the post-2015 development agenda. It is up to all of us, now, to make use of this novel, inclusive partnership to improve our development co-operation efforts.

mardi 3 décembre 2013

Du microcrédit à la microassurance santé pour rompre le cercle de la pauvreté en Afrique

Cet article de Yamila Castro,experte en communications, fait partie de la série  de Wikiprogress sur la Santé.

Une protection santé à 1€ par mois pour toute la famille ? Non ce n’est pas un rêve mais bien le nouveau système de microassurance maladie que PlaNet Finance est en train de mettre en place en Afrique.

Jacques Attali, président du groupe spécialiste de la microfinance, a présenté deux projets pilotes au Bénin et à Madagascar, lors du Sommet Mondial de la Santé qui s’est récemment tenu à Berlin.

Au royaume du micro, le principe est simple : les clients des institutions de microfinance (IMF), souvent des microentrepreneurs, font des microcrédits pour financer des activités génératrices des revenus et sortir de la pauvreté. Une fois les projets en marche, ils remboursent les IMF, le système fonctionne. Mais que se passe-t-il si l’emprunteur tombe malade, ne peut plus travailler ni rembourser son crédit ?

Dans les pays les plus pauvres, en particulier en Afrique, l’accès aux soins est un vrai casse-tête. Manque d’infrastructures, de médicaments et surtout de moyens. Selon Jacques Attali, avec des systèmes de santé et d’assurance maladie très précaires, voire inexistants, « un foyer peut devoir investir jusqu’à 50% de son revenu quand l’un de ses membres tombe malade », c’est qui veut dire retour à la casse départ de la pauvreté et mise en danger du système de la microfinance.

Rompre le cercle de la pauvreté en Afrique

Pour rompre ce cercle vicieux, PlaNet Finance s’est donc associé au géant de l’industrie pharmaceutique, Sanofi pour fournir une couverture santé aux clients des IMF et à leurs familles, avec un taux de prise en charge des soins de 70%.

Au Benin les microentrepreneurs souscrivent  à cette mini-sécu pour 1€ par mois, par personne, sur une base volontaire, via une association gérée par trois IMF. En mai 2013, 3259 clients des IMF et leurs familles, 3848 personnes au total, bénéficiaient du régime de la microassurance santé.  « Un des challenges de l’opération consiste à vérifier la qualité des services proposés par les centres de santé partenaires et à combler les lacunes du système », affirme Robert Sebbag, vice-président de Sanofi.

A Madagascar le système est obligatoire et coûte 9€ par famille, pour tous les clients qui empruntent une somme égale ou supérieure à 350€. Un an seulement après son lancement, près de 2000 personnes ont souscrit à l’assurance à Antanarivo et PlaNet finance espère couvrir 30000 personnes dans tout le pays d’ici 2016. Un deuxième type d’assurance maladie, pour les producteurs de vanille, a été mis en place, avec prise en charge partielle par l’employeur, la multinationale allemande Symrise. Un système qui s’avère très pratique dans les zones rurales, avec l’avantage non négligeable de fidéliser les agriculteurs et renforcer les liens avec leur employeur.

Conflit d’intérêts?


Un laboratoire pharmaceutique qui finance l’accès à la santé ? A ceux qui se demandent s’il y a conflit d’intérêts pour Sanofi, Robert Sebbag répond par un non catégorique, «rendre les soins et les médicaments accessibles à tous est une cause d’intérêt commun». Jacques Attali quant à lui affirme «l’accès à la santé en Afrique est un procès très long et ce devrait un sujet de haute priorité pour nous tous». 

Vous pouvez visiter le site web de Yamila Castro en cliquant sur ce lien

mercredi 20 novembre 2013

eLearning Africa 2014: 9e conférence internationale sur les TIC appliquées au développement, à l'enseignement et à la formation

eLearning Africa est l’événement de réseautage majeur destiné à améliorer l’éducation et la formation africaines par le biais des TIC. Cette conférence annuelle, la plus importante en son genre, se déroule sur trois jours (du 28 au 30 mai 2014) et représente un moment incontournable pour tous ceux qui souhaitent nouer des contacts et des partenariats à la fois multinationaux et interprofessionnels tout en renforçant leurs connaissances, expertises et compétences.

eLearning Africa est hébergée en 2014 par le Ministère ougandais des TIC au Speke Resort de Kampala. Cette conférence réunira :

  •    500 experts en eLearning, décideurs de haut niveau, praticiens, chercheurs et parties prenantes.
  •    Plus de 300 intervenants ainsi que 60 sessions et ateliers parallèles abordant tous les plus grands sujets, développements et tendances de l’eLearning
  •     4 sessions plénières enrichissantes animées par des conférenciers experts de renommée mondiale.
  •    Plus de 60 exposants et sponsors présentant les meilleurs produits et services du marché.

Appel à propositions
Nous recherchons des histoires, des expériences, des recherches, des idées et des expertises qui dressent le portrait complexe et stimulant des TIC pour le développement, l'éducation et la formation en Afrique, sous le thème général suivant « Frontières Ouvertes sur l´Avenir ».

Riche en ressources et dotée d’une population jeune, l'Afrique peut, à présent, regarder l'avenir avec confiance.
À une époque où, même dans certaines des économies les plus avancées du monde, les diplômes et les qualifications ne peuvent garantir l’accès à l’emploi, comment les Africains peuvent-ils acquérir les compétences nécessaires leur permettant, non seulement de réussir sur le marché local, mais aussi de façonner et diriger le marché mondial ? Comment créer un environnement qui récompense l'entrepreneuriat et encourage l'innovation africaine ? Comment inciter les partenariats productifs entre gouvernements et secteur privé ? 

Comment peut-on faire que cette croissance soit durable et inclusive, et comment peut-on, en somme, profiter au maximum de la croissance économique d‘aujourd’hui afin de poser les fondements solides de demain ?
Les investisseurs internationaux se tournent désormais vers ce continent qui offre un grand potentiel. Aussi, l´Afrique se voit-elle confrontée au débat important sur la manière de tirer le meilleur parti de ce nouveau climat d’opportunités et de bâtir ainsi un nouveau récit.

La majorité des Africains ne pourra profiter pleinement des avantages de la croissance économique que si certains défis, encore persistants, sont relevés : il faudra, avant tout, parvenir à résoudre le problème des barrières artificielles entravant le commerce, gérer et anticiper les changements, s'assurer que l'investissement étranger respecte bien les objectifs de développement durable et enfin, s’assurer que l'éducation, le développement des compétences et le leadership soient au centre des priorités.

Vitales pour l’avenir de l’Afrique, ces interrogations seront au cœur de l’agenda d’eLearning Africa 2014.
Sous le thème global: «Frontières Ouvertes sur l´Avenir», l’événement traitera des thématiques suivantes:
  •       Les TIC et leur impact en Afrique
  •       Financer l’éducation
  •      Accroître l´extensibilité des infrastructures
  •      Échange de connaissances pour de meilleures pratiques : comment les TICs peuvent-elles approfondir les expertises dans une variété de secteurs où se côtoient développement, éducation et formation ?
  •       Formations initiale et continue des éducateurs
  •      Recherche. Méthodes, projets pilotes, données et rapports : diffuser études et solutions essentielles au progrès.
  •       TIC pour la pédagogie

La date limite de soumission est fixée au 15 janvier 2014.


Pour davantage d'informations sur cet évènement, veuillez visiter le site web ici

Une vie urbaine de qualité: comment en faire une réalité?


« Une vie urbaine de qualité: comment en faire une réalité? »
L’importance des mesures, des politiques publiques et de la mise en œuvre.

Vous êtes invités à participer à la discussion sur la « Qualité de la vie urbaine en Amérique latine » organisée par Ethos Laboratorio de Políticas Públicas, el Seminario Satisfacción Subjetiva con la Vida y la Sociedad (SAVISO)-UNAM-IIS, International Transport Forum, OCDE Mexico, le directorat sur la gouvernance publique de l’OCDE (GOV), el Núcleo de Estudios Metropolitanos del Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales de la PUC-Chile, Wikiprogress and Wikiprogress América.

 La discussion en ligne sera une occasion pour discuter et réfléchir sur les meilleures pratiques, les recherches pertinentes et les expériences sur ce sujet. Le débat commencera ce 21 novembre à 09 :00 et se poursuivra jusqu’au 5 décembre à 16 :00 (GMT) et sera axés sur les questions suivantes :

  •     Pourquoi est-il important d’inclure les considérations sur la qualité de la vie, le bien-être et le « droit à la cité » dans les politiques publiques urbaines?
  •      À quoi ressemble une ville où il fait bon vivre? Quelles sont ses caractéristiques (parcs, événements sociaux, transport…etc)
  •      Quels indicateurs devons-nous considérer pour mesurer et évaluer la qualité de vie urbaine?
  •      À l’heure actuelle, quelles sont les politiques publiques, programmes sociaux et stratégies de développement urbains qui visent à améliorer la qualité de vie urbaine en Amérique latine? Qui doit être en charge de leur mise en application?

Nous vous invitons à laisser vos commentaires en Espagnol, Anglais ou Français dans la section « Contribuye » de la page de discussion. Pour participer, cliquez ici.

Sur Twitter, suivez l’évolution des débats avec les mot-dièses #CalidadDeVida et #Bienestar et utilisez ce lien : http://bit.ly/1gR9ojk.

 De même, nous vous invitons à visiter le blog (http://wikiprogressal.blogspot.com) pour consulter les contributions des spécialistes de même que la page Facebook: https://www.facebook.com/WikiprogressAmericaLatina.


Quality Urban Life: how to make it a reality?


INVITATION

“Quality Urban Life: how to make it a reality?”
The importance of measurement, public policy and implementation



You are invited to join the discussion on “Quality of Urban Life in Latin America”, hosted by Ethos Laboratorio de Políticas Públicas, el Seminario Satisfacción Subjetiva con la Vida y la Sociedad (SAVISO)-UNAM-IIS, International Transport Forum, La OCDE Centro de México, OECD Public Governance Directorate (GOV), el Núcleo de Estudios Metropolitanos del Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales de la PUC-Chile, Wikiprogress and Wikiprogress América.

This online discussion will be a unique opportunity to reflect and exchange best practices, relevant research and experiences on the topic. The debate begins on the 21 November 09:00 and continues until 5 December 16:00 (GMT), focusing on the following questions:

  1. Why is it important to incorporate considerations of quality of life, well-being, liveability and “Right to the City” in urban public policy?
  2. What does a liveable city look like? What are its characteristics? (e.g. parks; social events; transport; etc.)
  3. Which indicators should we consider in order to measure and evaluate the quality of urban life?
  4. What are some current public policies, social programs and urban development strategies aimed at improving the quality of urban life in Latin America?
  5. What additional public policies could be incorporated to improve the quality of urban life? Who should be in charge of implementing them?

We invite you to leave your comments in Spanish, English or French in the section entitled “Contribuye” of the discussion webpage. To participate, click here.

In Twitter, you may follow the hashtags #CalidadDeVida and #Bienestar and use the shortlinkhttp://bit.ly/1gR9ojk.

Also, check out the blog for longer contributions from specialists: http://wikiprogressal.blogspot.com, as well as the Facebook page: https://www.facebook.com/WikiprogressAmericaLatina.

jeudi 14 novembre 2013

Can We Really End Poverty? A debate on the Future of Development

At the 2000 UN Millennium Summit, the largest ever gathering of world leaders pledged to work together to help the world’s poorest people. They agreed on a set of targets that became known as the Millennium Development Goals (MDGs). The deadline they set themselves to meet these was 31 December 2015.

With just over two years until the MDGs expire, how much progress has been made and what should happen next?

There have of course been successes: the world has already met the first MDG target of halving the world’s population living in extreme poverty (on less than USD 1.25 per day). But 1.2 billion people are still living in extreme poverty and vulnerability remains high. At the same time, problems in measuring poverty present barriers to effective policy making.
Progress has also been uneven – not all countries, regions, age groups, social sectors or genders have benefited equally from the advances that have been made. The truth is, the quality of life has not improved for all.

This December, the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) will launch their new report on Ending Poverty. To coincide with this, Intelligence Squared will host a panel of experts to discuss the key issues that the report raises. How should we measure poverty? What can we learn from local solutions for tackling poverty? How can the fast progress made by middle-income countries like China provide lessons for Africa? How can we be “smarter” about how we use aid flows? How do we ensure that the next set of goals will be not just about “getting to zero” poverty, but about staying there?

On 5 December, thought-leaders from the world’s leading development think tanks, the OECD, civil society and national governments will offer different perspectives on these questions, and discuss what an international development framework could look like beyond 2015.


Watch the debate live-stream from 7pm-8.30pm on 5th December.

Speakers
  • Sabina AlkireDirector at the Oxford Poverty and Human Development Initiative (OPHI), University of Oxford 
  • Jamie DrummondExecutive Director and Head of Global Strategy at ONE 
  • Homi Kharas (via Google+ Hangouts), Executive Secretary of the UN High Level Panel on the post-2015 development agenda. Senior Fellow and Deputy Director for the Global Economy and Development program at the Brookings Institution 
  • Priyanthi FernandoExecutive Director for the Centre for Poverty Analysis (CEPA) in Colombo, Sri Lanka
  •  Erik SolheimChair of the OECD Development Assistance Committee and Former Minister of the Environment and International Development, Norway     

lundi 11 novembre 2013

Social Entrepreneurs Transforming Africa Fellowship

Social Entrepreneurs Transforming Africa (SET Africa) is a fellowship program for young social entrepreneurs from across Anglophone Africa. SET Africa provides these young leaders with training, networking, and funding opportunities. The programme is managed by the Makerere University Business School (MUBS) Entrepreneurship Centre in Kampala, Uganda. SET Africa is part of the YouthActionNet® global network of 16 institutes supporting 889 young social entrepreneurs around the world who are impacting 1.3 million lives annually.

SET Africa now invites applications from young social innovators in Anglophone Africa who are founders or co-founders of ventures with a social mission to apply for the SET Africa fellowship run by MUBS. Fellows under this programme will be trained in entrepreneurship and leadership. They will also receive funds to help grow their social enterprises and implement activities to achieve their vision.

The SET Africa programme is managed in collaboration with MUBS, the International Youth Foundation, The MasterCard Foundation, and the United States Agency for International Development (USAID).

What Kinds of Ventures Are We Are Looking For?
a)      Ventures led by youth between 18 and 29 years old that are making a difference in their community.
b)      The venture should have at least one year of impact in the community.
c)      The venture should be able to demonstrate evidence in addressing social problems such as improving access to services like education, finance, health, counseling,  capacity building, helping households increasing incomes, helping children grow in a good environment etc.
d)      The venture can be a non-profit, for-profit, or hybrid business model.

Eligible Applicants:
a)      Must be a founder or co-founder of a social venture.
b)       Should be a citizen from an Anglophone Country (See list of Countries).
c)      Should be between 18 – 29 years by February 24, 2014.
d)       Can demonstrate innovative approaches in addressing social problems.
e)      Should be proficient in English
f)       Must be willing and able to attend a leadership retreat in Kampala, Uganda.


For more information, click here.

jeudi 7 novembre 2013

Comment va la vie? Se recentrer sur les citoyens

Ce blog de Martine Durand, Chef Statisticien et Directrice de la Direction des Statistiques de l'OCDE, fait partie du focus de Wikiprogress pour le mois de novembre sur le nouveau rapport Comment va la vie?

Mesurer le bien-être est d’autant plus important aujourd’hui, que nos économies et sociétés sont nombreuses à être frappées par la crise financière mondiale. Afin d’en comprendre les conséquences sur la vie des citoyens et de développer des stratégies visant ceux qui en ont le plus souffert, il est nécessaire de regarder bien au-delà de la production économique ou des marchés financiers.   


 La crise financière mondiale a réduit le bien-être matériel des individus 
De nombreux travailleurs ont perdu leur emploi depuis le début de la crise en 2007 et les niveaux de revenu ou de richesse de nombreux ménages ont stagné, voire baissé. Depuis le début de la crise, près de 15 millions de personnes supplémentaires sont aujourd’hui sans emploi dans la zone OCDE. Le nombre de personnes sans emploi depuis plus d’un an a atteint les 16 millions. De plus, entre 2007 et 2010, la pauvreté (relative) de revenu a augmenté dans la plupart des pays de l’OCDE, notamment parmi les enfants et les jeunes. L’insécurité économique et la pression financière croissantes ont particulièrement affecté les ménages à faible revenu et les moins instruits. 

La confiance envers les institutions a baissé 
D’autres dimensions du bien-être des citoyens ont également souffert de la crise. La satisfaction à l’égard de la vie a considérablement baissé dans les pays les plus sévèrement touchés, tels que la Grèce, l’Italie et l’Espagne. Dans ces pays, les niveaux de stress et de préoccupation tels que constatés par les individus ont augmenté de manière considérable.. Le capital politique des pays a été sévèrement ébranlé : seuls 40% des citoyens de l’OCDE font confiance à leurs gouvernements nationaux – soit le niveau le plus bas depuis 2006. Dans les pays les plus touchés par la crise,  les citoyens ne sont qu’entre 1 et 3 sur 10 à faire confiance à leur gouvernement, un ratio qui a été divisé par plus de moitié depuis le début de la crise.   
De nouvelles formes de solidarité et d’engagement sont apparues 
Dans certains pays, les réponses à la crise ont dépassé la sphère politique publique et ont pris la forme d’une solidarité interpersonnelle plus importante avec des formes variées de participation civique à l’échelle des communautés locales. Malgré une plus grande difficulté à procurer de l’aide financière, un nombre croissant de personnes ont déclaré apporter leur soutien non financier aux autres et avoir offert de leur temps pour aider des personnes dans le besoin au sein de leur communauté. Les familles ont également été des sources de soutien à la fois financier et en nature. Elles ont aussi été un filet de sécurité important, par exemple pour les jeunes éprouvant des difficultés dans leur recherche d’emploi. 
Les indicateurs de bien-être offrent une nouvelle perspective pour l’élaboration de politiques 
Les indicateurs de bien-être peuvent apporter une perspective nouvelle et plus large aux décideurs politiques sur les dimensions qui comptent le plus pour les citoyens. Certaines de ces dimensions telles que l’emploi, la santé ou l’éducation sont depuis longtemps inclues dans leur programme. Mais d’autres indicateurs, mesurées à l’échelle individuelle ou  à celle des ménages, ainsi que leur distribution au sein des groupes de la population, peuvent offrir un nouvel aperçu de la qualité de vie des citoyens. Cette nouvelle édition de Comment va la vie explore en détails deux problématiques du bien-être qui peuvent apporter un nouvel éclairage pour le développement des politiques publiques : les inégalités de bien être entre les hommes et les femmes et le bien-être sur le lieu de travail.   

Les femmes et les hommes peuvent-ils tout avoir? 
Comprendre dans quelle mesure le bien-être varie au sein de la population, et pourquoi, est essentiel afin d’élaborer des politiques plus ciblées et efficaces. Malgré de larges progrès vers une plus grande égalité entre les hommes et les femmes ces dernières décennies, le genre reste un déterminant important de l’inégalité de bien-être dans de nombreux pays. Mais contrairement à l’impression que dresse un portrait uniquement économique de la situation, la question de l’égalité entre les sexes n’est pas uniquement une question de femme. Les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes dans les pays de l’OCDE, par exemple, et elles sont généralement plus instruites. Cependant, les femmes déclarent un état de santé moins bon que celui des hommes ; ont de moins bonnes perspectives professionnelles ; et ont moins de connexions sur lesquelles compter lorsqu’elles cherchent un emploi. Les femmes ressentent  également plus d’émotions négatives  que les hommes. 

Le bien-être au travail: l’importance des emplois de qualité 
Pendant longtemps, les priorités politiques se sont principalement concentrées sur la création d’emplois, l’objectif étant de proposer un travail à chaque personne souhaitant travailler. Cependant, la plupart des individus passent une grande partie de leur vie au travail et ce qui se passe sur le lieu de travail est donc un élément essentiel de leur bien-être. Avoir un bon travail, ou un travail de qualité, ne se limite pas à un salaire élevé ou une carrière dynamique; il s’agit également de travailler dans un environnement propice à l’épanouissement personnel et dans lequel les employés se sentent impliqués. L’autonomie au travail et des objectifs de travail clairement définis conditionnent l’engagement des employés et influent sur leur bien-être. Des pratiques d’encadrement respectueuses ainsi que le soutien de ses collègues sont également importants. Dans ces conditions de travail, il est plus aisé de gérer la pression ainsi que d’assumer des emplois plus exigeants émotionnellement. Ces conditions favorisent également une bonne santé physique et une meilleure productivité. 
   

Se concentrer sur les priorités des citoyens, et améliorer les indicateurs existants ou en développer de nouveaux capables de mesurer le bien-être et le progrès, voici la direction à suivre pour atteindre des vies meilleures, aujourd’hui et demain. 

Cet article a d'abord été publié dans le ProgBlog (accessible ici)

jeudi 24 octobre 2013

Africa Regional Consultative Meeting on the Sustainable Development Goals

The Africa Regional Consultative Meeting on the Sustainable Development Goals will be held in Addis Ababa, Ethiopia from 31 October to 5 November 2013. Organized by the United Nations Economic Commission for Africa (UNECA), the African Union Commission (AUC) and the African Development Bank (AfDB), this event will comprise an experts segment from 31 October to 2 November 2013 and a ministerial segment from 4 to 5 November 2013.

The meeting will provide a platform for African countries to identify, articulate and reach consensus on the region’s sustainable development priorities and goals, which will take into account those emerging from the region’s Post-2015 Development Agenda Process embodied in the African common position on the same. In this regard, it will prepare Africa to speak with one strong voice and rally international support around SDGs that are well-aligned with the region’s sustainable development priorities and aspirations. The consultative meeting is expected to adopt an outcome document that will serve as Africa’s common reference document and collective input to the work of the UN General Assembly Open Working Group on SDGs.

The SDGs were one of the key commitments of the 2012 United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20)Rio+20 recognized that SDGs could be useful for pursuing focused and coherent action on sustainable development. It underlined that goals should address and incorporate in a balanced way all three dimensions of sustainable development and their interlinkages.

As a follow-up to Rio+20, the Africa Regional Implementation Meeting (Africa-RIM) was held in November 2012. The RIM deliberated on the main outcomes of Rio+20 and their implications for Africa. This meeting adopted the Africa RIM Outcome Document, which represents Africa’s collective input to the Rio+20 follow-up processes, including the sustainable development goals. In this regard, the Africa-RIM agreed on the need to have an effective, broad-based, bottom-up and consultative process to flesh out the goals, indicators and targets that should underpin the SDGs. The RIM also agreed that the goals, targets and indicators should be informed by among others, the outcomes of the Africa process on the Post-2015 development agenda.

Considering the cross-cutting nature of sustainable development, the meeting will bring together policy makers and high-level experts from the economic, social, environmental and governance spheres representing government and inter-governmental institutions, the private sector, civil society organizations and other major groups, as well as international development partners.


For more information about this conference, please visit this website: http://www.uneca.org/arcm-sdg2013

mardi 22 octobre 2013

L'esclavage: une institution du passé en Afrique?

Ce blog d’Ousmane Aly DIALLO, fait partie de la série de Wikiprogress sur la Sécurité Personnelle. Il résume les principaux points du  récent Index mondial de l’esclavage de la Fondation Walk Free, avec une emphase sur l’Afrique.


L’indice mondial de l’esclavage est un nouvel indicateur développé par la Fondation australienne Walk Free. Cet index classe 160 pays du monde selon 3 facteurs : la prévalence estimée de l’esclavage moderne au sein de la population, la mesure du taux de mariages précoces et une mesure de l’intensité du trafic de personnes (doubles flux, entrant et sortant) des États. Le score final est pondéré afin de refléter la première dimension de l’index : la prévalence estimée de l’esclavage moderne au sein de la population (95%).


L’esclavage apparait souvent comme une relique du passé, une institution qui nous rappelle les raids durant les siècles précédents, le commerce transatlantique avant d’être récemment glamourisé dans les productions hollywoodiennes. Mais la réalité est là, claire et nette : près de 30 millions de gens vivent dans des conditions d’esclavage moderne, allant de la mendicité forcée à l’esclavage de classe héréditaire.
Des 10 pays du classement (ayant la plus forte prévalence de populations sous condition d’esclavage), 5 sont d’Afrique : la Mauritanie (#1), le Benin (#7), la Côte d’Ivoire (#8), la Gambie (#9) et le Gabon (#10). 16.36% des 29.8 millions de gens sous condition d’esclavage viennent d’Afrique subsaharienne, qui est l’endroit le plus probable du monde où on risque d’être réduit  dans cet état.


Le rapport définit l’esclavage comme la possession et le contrôle d’une personne de façon à la priver sensiblement de sa liberté individuelle dans l’intention de l’exploiter en l'utilisant, lui dictant sa conduite, en bénéficiant de ses aptitudes en la transfèrant contre son gré ou en l'éliminant tout simplement. Cette exploitation se fait à travers la violence ou la menace de la violence, la tromperie ou la contrainte. L’esclavage prend plusieurs formes en 2013 et peut se manifester sous plusieurs noms. Le trafic humain, le travail forcé, les conditions de travail similaires à l’esclavage (la servitude due à l’endettement, mariage forcé ou servile, la vente ou l’exploitation des enfants, y inclus dans les conflits armés), tous ces phénomènes se retrouvent dans la définition de l’Indice Mondial de l’Esclavage.

La Mauritanie a été classée première dans l’index pour ce qui est de la prévalence de l’esclavage. Une grande partie de sa population (les abid et à un degré moindre les Harratines, qui sont des populations noires avec une culture arabo-berbère)[1] est privée de ses droits humanitaires naturels. Le rapport estime qu’entre 140,000 et 160,000 mauritaniens sur une population de 3.8 millions sont en état d’esclavage. Dans  ce classement, se reflète également les forts taux de mariage précoces et de trafic de personnes. L’esclavage y est surtout sous forme domestique et traditionnelle: des adultes et des enfants sont la pleine propriété de maîtres qui exercent leur domination sur eux et sur leurs descendants.

Le Bénin est le second pays africain dans ce classement. Le travail domestique informel – mettant à contribution les enfants- est sa forme dominante, comme dans toute l’Afrique de l’Ouest. À travers le système du Vidomegon, des filles aussi jeunes que sept ans, sont engagées comme travailleuses domestiques en échange de gîte et de subsistance. Une autre institution traditionnelle, le Vudusi ou « esclavage dans les temples », des jeunes filles sont offertes en sacrifices dans les temples et forcées de prendre soin de ces lieux tout au long de leur vie, en courant le risque d’être abusé sexuellement.

Le rapport montre en outre qu’il existe un trafic de femmes et d’enfants à l’intérieur du Bénin, des zones rurales aux villes, et même au sein des pays de la sous-région comme le Togo, le Nigeria, le Ghana, ou la Côte d’Ivoire entre autres. La mise en œuvre d’un accord avec le Nigéria, soutenu par l’Organisation internationale du Travail, constitue un grand pas vers l’éradication de cette forme d’exploitation, souligne cependant le rapport.

À la 143e place, l’Ile Maurice est l’État africain où il y a le moins de populations en état d’esclavage par rapport à la population. Les estimation tournent autour de 510 à 560 pour une population de 1,291,416 habitants. L’Ile met en œuvre également d’excellentes mesures dans des domaines connexes comme la gouvernance, comme le montre le récent Indice sur la gouvernance africaine, où elle est à la première place. L’Ile Maurice mène pour ce qui est de la stabilité et de la production du droit humain et celui des travailleurs, mais est derrière l’Afrique du Sud et le Gabon pour ce qui est des politiques sur l’esclavage moderne.

Global Slavery Index 2013 by 


Les lois et la persistance de l’esclavage
La majeure partie des États africains avec un fort taux d’esclavage interne ont dans leur système judiciaire, des lois qui rendent ces pratiques illégales. L’esclavage a été reconnue officiellement  en 1980 suite aux contestations du mouvement « El Hor » (« L’Homme libe » en hassanya) et rendue illégale et criminalisée encore une fois en 2007 par le premier gouvernement de la période post-Taya. Mais les poursuites criminelles envers les contrevenants sont rares, malgré l’existence de ces lois. Depuis la mise en œuvre de la dernière loi en 2007, et malgré le nombre important d’accusations des victimes envers leurs abuseurs, seule une condamnation a eu lieu selon le rapport.
L’inexistence d’une unité de justice ayant pour but l’application des dispositions de cette loi et le manque de données étatiques solides sur cette pratique constituent les principaux obstacles à l’éradication de cette pratique.
De même, au Bénin, l’existence d’une institution visant l’éradication du travail des enfants et l’existence d’une législation criminalisant ce phénomène ont eu peu d’effet. Une des raisons de ce manque d’efficacité suggérée est que les 126 inspecteurs du travail s’intéressent seulement au secteur formel alors que l’institution du Vudusi a surtout lieu dans le secteur informel. La création d’un Office Central pour la Protection des Mineurs (OCPM) s’inscrit ainsi dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants par le gouvernement béninois. Mais le manque d’une vision à long terme qui prendrait en compte le  bien-être de ces enfants vulnérables diminue encore plus l’impact positif de ces mesures.

Des tendances  sont apparentes dans cet Indice. L’esclavage apparaît plus comme un trait culturel dans les pays où il se passe, et peut ne pas être considéré comme tel par les victimes et les coupables.

De plus, les femmes sont les plus touchées par cette institution. Elles sont disproportionnellement représentées au sein des populations en état de servitude. Une explication avancée est qu’elles sont souvent dans la sphère domestique de leurs maitres qui sont bien souvent dans des zones reculées, et difficilement atteignables par la justice de leurs états.

Sans l’accès à l’éducation et à des voies alternatives pour subvenir à leurs besoins, beaucoup parmi ces populations pensent que c’est la volonté de Dieu qu’elles soient dans l’état de servitude. En Mauritanie, comme la majeure partie de la population servile est maintenue dans cet état d’analphabétisme, ces populations ignorent souvent que selon la loi islamique, un musulman ne peut pas réduire à l’esclavage un autre musulman. Le manque d’éducation est ainsi un moyen pour perpétuer ces pratiques.

Les conflits, la pauvreté extrême, les forts taux de corruption et l’impact de l’exploitation des ressources naturelles pour approvisionner les marchés internationaux sont autant de facteurs qui augmentent les risques d’asservissement dans plusieurs pays africains.  Comme susmentionné, l’existence de lois punissant l’esclavage a eu peu d’effet sur la disparition de cette institution. Sa perpétuation est principalement due à un manque d’unité d’exécution de ces lois. La volonté politique sera ainsi déterminante pour la disparition de ces pratiques.




[1] Le terme Haratine désigne les esclaves affranchis. C'est différent de « abid qui est le terme hassanya pour désigner les esclaves mais dans le discours politique courant, la différence entre les deux termes est devenue floue. Voir cet article pour plus d’informations : http://thinkafricapress.com/mauritania/alive-and-well-mauritania-slavery-and-its-stubborn-vestiges?utm_content=buffer583c9&utm_source=buffer&utm_medium=facebook&utm_campaign=Buffer